Groupe Landes Ressourcerie
route de Pau 40800 Aire sur l'Adour
du lundi au samedi de 10h-12h / 14h-18h
24 Jan 2019

Retour sur le succès de Landes Ressourcerie

Le bilan de trois années de soutien communautaire (18 000 euros par an) à Landes Ressourcerie a occupé la première partie du Conseil communautaire tenu jeudi dernier, à Aurensan.

Alexandre Martin, son directeur-fondateur, a exposé clairement la situation de cette association d’insertion, lancée en 2014 avec huit emplois aidés et qui en compte aujourd’hui 23. En quatre ans, l’association a collecté 875 tonnes d’objets sur un secteur allant d’Eauze à Morlaàs, a recyclé 35 % du tonnage collecté (meubles, motoculture, textile, électronique), revendu à 34 000 clients. 35 des 63 salariés en insertion ont trouvé leur place dans la vie active.

L’objectif de l’association est d’assurer sa pérennité sans recours aux subventions : essaimage vers Morlaàs, partenariat à Lacq-Orthez et implantation d’un point de vente à Eauze.

La communauté de communes pourrait avoir recours rapidement à l’association, en lui confiant un projet de transport social sur le territoire. Alexandre Martin a été largement applaudi.

Alerte sur Gemapi

Le reste de l’ordre du jour était composé de projets d’avenir. Une éventuelle préemption d’un hectare de terrain en plein centre de Ségos, pour édifier un lotissement communal ; un achat d’immeubles tout autour du cabinet médical actuel, rues Carnot, Pascal-Duprat et Victor-Lourties afin d’y installer le futur pôle médical ; enfin, une convention avec la commune d’Eugénie-les-Bains pour mettre à disposition l’ancien presbytère et y aménager maison de santé et pharmacie.

Le Conseil communautaire a également voté une motion pour alerter l’État sur les contraintes et incohérences du décret « digues » du volet « protection des inondations » de la compétence Gemapi (1). Sur ce dossier, l’analyse des digues a amené à ne pas classer les ouvrages modestes du Bahus, les digues de Renung sur l’Adour, du fait de la quasi-absence de population menacée, mais à prolonger l’étude sur les digues de La Saligue et La Plaine, qui protègent 450 habitants environ. L’Institution Adour va mener une étude technique approfondie et proposer un chiffrage de rénovation ou même de déplacement partiel.

Ces études aideront à la prise de décision et à établir le niveau de l’éventuelle fiscalité Gemapi prévue par la loi.

(1) Gestion des milieux aquatiques et la prévention des inondations.

Charles Latterrade

Source : SUDOUEST

25 Déc 2018

La Région visite Landes Ressourcerie

Mercredi, Renaud Lagrave, vice-président du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine, était dans les murs de Landes Ressourcerie, où il a pu vérifier sur le terrain la bonne marche de l’association d’insertion, fondée en 2014 par Alexandre Martin.

Ce dernier a pu lui communiquer d’excellentes nouvelles de l’entreprise : initialement prévue pour l’insertion de huit salariés, elle en compte aujourd’hui 32 et a un projet d’essaimage à Morlaàs.

Le Conseil régional lui a récemment attribué une subvention de 36 000 euros, destinée à l’achat de fourgon avec hayon pour la récupération des objets à recycler, d’un fourgon de transport pour le ramassage du personnel, de matériel pour l’atelier de relooking des meubles, situé à Bahus-Soubiran, pour le futur atelier de recyclage de la motoculture, ainsi que pour un logiciel de paye.

En matière d’insertion, Alexandre Martin a rappelé à Renaud Lagrave que l’association obtenait 70 % de sorties réussies, avec un emploi en CDD, CDI ou une formation rémunérée. L’association a aussi un projet d’investissement dans un nouveau bâtiment de 1 400 mètres carrés pour 1,2 million d’euros.

Charles Latterrade

Source : SUDOUEST

29 Nov 2016

Landes Ressourcerie, une association citoyenne

Alexandre Martin, responsable de Landes Ressourcerie (1), association installée à Aire-sur-l’Adour, était de passage à la déchetterie de Nogaro la semaine dernière, à l’occasion de la semaine de réduction des déchets du Syndicat intercommunal de collecte et de traitement des ordures ménagères. Un bungalow de bois avait été mis à sa disposition pour recueillir les objets qu’on voulait bien lui remettre.

Landes Ressourcerie est une association de recyclage d’objets de toute espèce : électroménager, meubles, vêtements, vélos, skis etc. Elle les fait réparer par ses salariés et les revend ensuite.

22 salariés

L’objectif est de valoriser, c’est-à-dire de redonner de la valeur à ces objets réutilisables.

La ressourcerie s’est installée à Aire-sur-l’Adour avec l’agrément de la communauté de communes, pour répondre à une forte demande de la population locale. Ce qui est encourageant, notamment pour la protection de l’environnement.

Les objets récupérés, une fois collectés, passent par un cycle de quatre phases : tri, réparation/valorisation, mise en boutique et vente à petit prix. À noter que le matériel recyclé est garanti. C’est ainsi que Landes Ressourcerie occupe 22 salariés, encadrés par un professionnel de l’électroménager et un professionnel de la menuiserie.

C’est là que l’on touche du doigt la deuxième mission de cette association : être un support pour la création d’un chantier d’insertion. De nombreux témoignages de gratitude parviennent à la Ressourcerie. Ce sont souvent des personnes qui doivent s’installer (comme des étudiants) ou se réinstaller (comme des divorcés) et à qui la Ressourcerie permet de s’équiper à moindre frais.

(1) Route de Pau ; du mardi au samedi, de 10 à 12 heures et de 14 à 18 heures, www.landes-ressourcerie.fr, téléphone, 05 58 06 40 74.

Roland Houdaille
© Crédit photo : Ph. r. h.

Source : SUDOUEST

17 Nov 2015

L’opportunité d’avoir une seconde vie

Route de Pau, à mi-chemin entre Crédit Agricole et échangeur de l’autoroute, les 640 mètres carrés du magasin de vente Landes ressourcerie connaissent…

Route de Pau, à mi-chemin entre Crédit Agricole et échangeur de l’autoroute, les 640 mètres carrés du magasin de vente Landes ressourcerie connaissent depuis l’ouverture, il y a deux semaines, une activité très soutenue. Certains viennent y chercher une machine à laver, un réfrigérateur, d’autres du petit électroménager ou de l’outillage, des vêtements, meubles, bibelots.

Tout ce matériel qui était, il y a quelques semaines, mis en déchetterie, au rebut par les grandes surfaces ou apporté par des particuliers, repart pour une seconde vie. Réparé avec les pièces prises sur d’autres modèles, testé, garanti pour une durée de cinq mois, le gros électroménager est vendu à des prix qui défient toute concurrence. Tout ce qui n’est pas réparable est démonté pour les pièces, puis envoyé dans des entreprises de valorisation des déchets.

Huit salariés aidés

L’atelier et le stockage se trouvent dans des locaux rénovés par la commune de Bahus-Soubiran où aboutissent les tournées de collecte allant jusqu’à Eauze, Nogaro, Riscle, Lembeye, Garlin, Samadet et Villeneuve-de-Marsan. Mais l’intérêt ne réside pas seulement dans le travail de valorisation. Landes ressourcerie recycle aussi les hommes et les femmes qui composent son personnel. Entreprise dite « d’insertion », elle a embauché huit salariés au parcours de vie un peu cabossé. Ils ont pour premier objectif de se reconstruire en étant valorisés dans leur travail.

Pour veiller sur eux, l’association, dirigée par Alexandre Martin, s’est dotée d’une conseillère en insertion. Léa s’entretient quasi-quotidiennement avec eux, apprécie leur intégration à l’équipe, leur reprise d’un rythme de travail régulier et a fixé avec eux des objectifs personnels, comme passer le permis de conduire pour un électricien diplômé totalement écarté de l’emploi par son immobilité forcée, trouver une entreprise pour faire un BTS en alternance pour un commercial et un informaticien.

Pendant quatre à vingt-quatre mois, ils vont remettre le pied à l’étrier, s’encourager mutuellement, se remettre à niveau en communication orale ou écrite, se former au dépannage, à la vente, à la gestion de stocks pour, comme les objets qu’ils collectent, passer à une seconde vie.

Charles Latterrade

Magasin ouvert du mardi au samedi de 10 à 12 heures et de 14 à 18 heures. Les particuliers peuvent y apporter directement leurs vieux objets, vêtements, etc.

Source : SUDOUEST